En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Projets & Sorties

Les 1 SN au Camp des Milles.

Les 1 SN au Camp des Milles.

Par admin marius-bouvier, publié le jeudi 7 février 2019 17:51 - Mis à jour le jeudi 7 février 2019 17:53

Le lycée professionnel au Camp des Milles.

Jeudi 10 janvier, les élèves de la classe de première bac professionnel systèmes numériques  (1 SN ) du lycée Marius Bouvier se sont rendus au camp des Milles, ancien camp d’internement de la seconde guerre mondiale situé près d’Aix en Provence  dans le cadre du projet « Mémoires » financé par la région Auvergne Rhône Alpes.

Il est sept heures du matin quand les élèves, à peine réveillés,   quittent le lycée professionnel direction la gare TGV pour se rendre au camp des Milles.

Sur place,  passé l’important dispositif de sécurité, les élèves sont pris en charge par Magdalena. La visite mêle panneaux historiques et lieux de mémoire. Les explications du guide éclairent les dates affichées et certains mots comme « apatride » prennent tout leur sens ici. Les élèves découvrent les conditions de vie des internés (des étrangers avant la guerre, des « ennemis » au début de la guerre, des déportés à partir de 1942) : ils s’étonnent de la vitalité intellectuelle de ces hommes enfermés dans cette briqueterie balayée par les vents. Au deuxième étage, le génocide devient « concret ». On met des visages sur les déportés. On comprend leur désarroi et les conditions inhumaines dans lesquelles ils se trouvaient. Le wagon est là,  symbole du sort qui leur est réservé.

L’après-midi est consacré à l’atelier « Complice ou Résistant ? Expérience psychosociales ». Il s’agit de réfléchir à l’homme face à l’autorité. Les jeunes  visionnent certaines expériences dont celle de Milgram et débattent sur les raisons qui empêchent l’homme de désobéir à un ordre absurde ou de se désolidariser d’un groupe.

Si cette sortie a permis de comprendre en partie le processus qui engendre les crimes de masse, la question « que ferais-je si ? » reste entièrement posée.